FootballGabon

ÉDITORIAL : LA FIFPRO AFRIQUE ET L’ANFPG UNE COMPLICITÉ COUPABLE

259Vues

Plusieurs dirigeants du football africain ont été surpris par le message de soutien adressé par les responsables de la Fifpro à l’association dirigée par Rémy Ebanega dont les sorties maladroites sont souvent condamnées par les footballeurs eux-mêmes. Sans méconnaître sa place dans le débat de la défense des intérêts des footballeurs. Il semble vite glisser vers un populisme qui en fait un prisonnier de la base

Ce message très critique par les hauts responsables du football africain a terni l’image d’une association qui défend les intérêts des footballeurs.

Barricader une fédération avec les membres du comité exécutif en pleine séance est inédit en Afrique . Surtout dans le milieu du football , où on prône l’esprit de fair-play

Un ancien joueur international qui a requis l’anonymat s’est indigné contre cet acte de barbarie de l’Anfpg << Ebanega qui a joué seulement à peine 4 ans en équipe nationale toutes les catégories confondues est entrain de rabaisser le footballeur gabonais pour des questions financières alors qu’on a des vrais problèmes à traiter avec le championnat qui peine à reprendre >> en organisant une conférence de presse sans réel contenu , le président de l’Anfpg a voulu sauver la face sans assumer les actes posés au siège Fédéral . Le message finalement c’est d’attendre la Linaf qui a ete aussi déssaisie du paiement de l’aide covid-19 au profit des clubs , les principaux employeurs des joueurs quoi de plus logique pour la FEGAFOOT qui a voulu apporter une solution provisoire aux footballeurs.

LA RESPONSABILITÉ DE LA FEGAFOOT

L’instance faîtière du football gabonais s’est elle-même rendue complice de cette supercherie en confiant la responsabilité à une association dont tous les footballeurs ne sont pas obligatoirement membres . Une façon de marginaliser l’autre association déjà plongée dans un sommeil profond depuis le renouvellement de son bureau directeur.

L’AFG pourtant statutairement éligible au congrès de la Fegafoot , a laissé trop d’espace à l’Anfpg. Ses membres sont très critiques sur les réseaux sociaux sans aucune prise de parole officielle . Elle va pourtant passer à la caisse sans avoir mouillé le maillot .

Selon nos informations , une autre crise se prépare là-bas. Certains évoquent une main noire proche de la tête de cette association qui cautionne la manipulation et le trouble dans le football gabonais à des fins électorales . Si le football s’arrête aux footballeurs sur le terrain , Rémy Ebanega et la Fifpro viennent de montrer à la face du monde que les anciens pratiquants n’ont pas de place chez eux . Et pourtant ils le sont eux-mêmes pour la plus part . C’est pourquoi , on ne comprendrait jamais son intérêt en tant qu’ancien international de défendre ses pairs.

Sauf si les 25000 fcfa retirés obligatoirement aux membres est l’objectif de cette association qui pleure plus de perte du contrôle des 18 000 000 fcfa estimés comme entrée qui était jusqu’alors acquise . Pierre Alain Mounguengui a été clair << La Fegafoot verse l’argent aux clubs quitte à eux de le distribuer à leurs employés >> c’est ce qui est logique .

DES DOUTES ENTRE LES JOUEURS ACTIFS ET LES 30 PAYÉS

Il ya quelques mois la Linaf et les clubs avaient quasiment rompu le dialogue avec l’association de Rémy Ebanega. Mais cette aide covid-19 a de façon surprenante renforcé leurs relations. La raison de cette alliance selon plusieurs observateurs réside en grande partie au niveau du nombre des joueurs éligibles par club .

La Fegafoot ayant décidé de payer 30 joueurs par club, il fallait trouver une entente pour justifier ce nombre sachant que les clubs gabonais , pour une question de tension de trésorerie, n’utilisent qu’une moyenne de 20 à 25 joueurs . D’où la difficulté de justifier cet argent .

On comprend aisément que derrière toutes ces actions , il ya l’intérêt financier qui prime car ,tout le monde est unanime qu’élargir l’aide aux autres acteurs a été un acte salutaire pour la grande famille du football. Surtout que , certains sont frappés par la maladie .

Ils étaient plus que dans le besoin. On attendait donc de la Fifpro un message d’apaisement et condamnant cet acte de barbarie pour défendre les valeurs véhiculées par le football. Surtout que l’argent n’a pas été détourné. Il a servi à contenter les autres acteurs du football dont les anciens footballeurs en détresse. C’est ça aussi les valeurs de solidarités en principe défendues par une association digne de ce nom.

La Fifpro qui a été muette lorsque les européens ont voulu retenir les joueurs professionnels évoluant sur leur territoire , s’intéresse aujourd’hui à un débat qui ne mérite pas d’être posé. Car ,le reliquat de cette aide réclamé par l’Anfpg est allé chez les autres acteurs du football. Sauf à démontrer qu’on peut jouer au football sans arbitres ou entraîneurs .

La Rédaction

Euphrem Edzo
the authorEuphrem Edzo

Laisser un commentaire

Résoudre : *
5 + 30 =